Klay Thompson : « J’ai joué comme je ne l’avais jamais fait pendant les finales, alors je m’attends à ce que je continue sur cette lancée »

Rédigé le 28/09/2021
Christophe Brouet

Media day hier du côté de San Francisco et forcément Klay Thompson était présent, un grand sourire aux lèvres, heureux d’être là, avec son bandeau et son maillot des Warriors.

« Oh, ça fait du bien de mettre ce maillot et ça fait du bien d’être sur le terrain. Encore mieux d’être sur le terrain. C’est incroyable, absolument incroyable. » Klay Thompson

Il est actuellement en fin de rééducation, mais le retour n’est pas pour tout de suite et la date est encore floue.

« Je n’ai pas de date précise, mais je ne prévois rien avant 12 mois. Soit au moins jusqu’à fin novembre, début décembre. Et ensuite, c’est juste une question de feeling, vous savez. Je dois beaucoup bosser ma condition physique, mais il y a une ligne d’arrivée, et c’est ce qui m’excite. Le pire est loin, très loin derrière moi. » Klay Thompson

Une chose est certaine, l’objectif est de revenir pour un match à domicile au Chase Center, où il n’a jamais joué.

« Oh, oui. J’ai pensé à ce moment depuis deux ans. Le basket m’a vraiment manqué. Ça me manque de jouer pour les Warriors devant nos super fans. J’y pense tous les jours. Et je suis un peu nerveux à ce sujet, mais ça va être très spécial. Ça va être une grande soirée. » Klay Thompson

Il est en fin de rééducation, mais n’a pas encore fait de 5-contre-5, ni de jeu avec contact. Les sensations reviennent peu à peu, mais il y a encore du boulot sur certaines choses. Il a fait un point.

« Je peux mettre beaucoup de jump shots. Je suis plutôt bon pour glisser défensivement. Je manque de timing. Mon temps de réaction n’est pas où il doit être. Mais c’est aussi parce que je suis rouillé, ça fait deux ans. Donc j’anticipe, lors des quatre prochaines semaines, je l’espère, de rejouer en 5-contre-5, 1-contre-1, et puis à partir de là, ça devrait être facile – pas facile, mais ça devrait aller mieux. J’ai tout fait sauf du 5-contre-5, du 1-contre-1, donc je me sens à nouveau très confiant dans mon corps. » Klay Thompson

Absent depuis les finales 2019, il a appris la patience, lui qui considère l’année 2020 comme la pire de sa vie.

« Il faut vraiment être patient avec son corps. Votre esprit sait que vous pouvez faire les choses que vous avez l’habitude de faire, mais parfois, dans votre corps il y un ligament ou deux qui se brise, et le processus de rééducation est long. Et vous savez, vous devez être comme l’eau et laisser cette frustration couler sur vous, surtout quand vous voulez revenir et être l’un des plus grands. » Klay Thompson

Maintenant on attend de voir à quel niveau il peut revenir, car avec deux blessures aussi sérieuses et deux saisons blanches à près de 32 ans, ça pourrait laisser des traces.

« J’en apprendrai beaucoup plus quand je reviendrai et que je serai en jeu, parce que je suis encore dans ma rééducation, je suis probablement à 75 ou 80% de ce que je dois faire. Donc, quand je serai plus proche de 100 %, je commencerai à me sentir à nouveau moi-même. Ce que j’ai appris, en ce qui concerne le mental, c’est qu’il y a des choses que vous ne pouvez pas contrôler, mais vous pouvez contrôler la façon dont vous réagissez à chaque situation, et j’ai appris à adopter une approche plus consciente de l’aspect émotionnel du métier. La dernière fois que j’ai goûté au basket c’était lors des finales de 2019 et je shooté vraiment sacrément bien. Je n’arriverai peut-être pas à ce niveau tout de suite, mais je m’attends à y être à un moment donné pendant la saison, et j’ai une très haute opinion de moi-même quand il s’agit de scorer et d’être un joueur performant des deux côtés, et bien que j’aie connu des blessures difficiles, je ne vais pas m’en servir comme d’une béquille. Je vais aller sur le terrain et jouer aussi dur que possible, et par chance, nous avons un excellent coaching staff qui ne me laissera pas jouer avant que je sois prêt. Mais j’étais sur la bonne voie. J’ai joué comme je ne l’avais jamais fait pendant les finales, alors je m’attends à ce que je continue sur cette lancée. C’est mon attitude. » Klay Thompson

Puis il compte bien durer et s’imagine jouer encore beaucoup d’années.

« J’aimerais bien, mais il arrive parfois des choses qu’on ne peut pas contrôler. Et la santé est évidemment le facteur le plus important en matière de longévité. Donc je veux tout déchirer cette année. Même pas juste cette année. Je veux juste tout déchirer au training camp. Mais j’adorerais jouer jusqu’à 40 ans. Les plus grands shooteurs ont toujours eu une bonne longévité, que ce soit Ray Allen, Reggie Miller ou Steph ou Steve Kerr. J’ai l’intention de shooter dans cette ligue pendant longtemps. » Klay Thompson