Basket Infos

[Interview] Giannis Antetokounmpo : « Je vais le taper la prochaine fois ! »

Rédigé le 02/12/2018
Antoine Bancharel

Remonté contre l’action de Mario Hezonja, qui l’a enjambé après un dunk, le Greek Freak a prévenu le Croate, sans ambiguïté. La défaite de justesse face aux Knicks – parmi d’autres similaires – a aussi montré que la domination du favori actuel pour le trophée de MVP, et celle de ses Bucks, est encore à travailler, comme il nous en a parlé la veille et le soir du match.

Giannis, tu as été vexé quand Mario Hezonja t’a enjambé après son dunk ?

Ouais ! Je vais le taper la prochaine fois. Point barre. (Note : sur le coup, on a tous cru qu’il a dit « I’m gonna punch him in the nuts next time », ou « je vais lui taper dans les couilles », en réécoutant, il semble plutôt qu’il ait dit « I’m gonna punch him in the stand next time »).

Cette défaite montre-t-elle que vous êtes encore très perfectibles ?

On doit faire mieux quand on est devant au score… Avec 16 ou 18 points d’avance, on doit vraiment faire mieux que ça pour garder ce genre d’avantage. On n’a pas joué assez dur. Il faut vraiment qu’on apprenne de cette défaite. Ça viendra en s’entraînant. On a fait du bon boulot. On a suivi le plan de jeu. Ils ont vraiment rentré beaucoup de paniers difficiles… Ça arrive, il y a aura des soirs comme ça, où les adversaires vont quand même les mettre. Il faut que l’on continue de travailler.

« On peut devenir bien meilleur »

Comment pouvez-vous vous améliorer justement ?

On doit juste continuer à progresser. On reste l’équipe avec le deuxième meilleur bilan en NBA, malgré cette défaite, mais on doit continuer de s’améliorer. Si on travaille un peu plus, on peut devenir bien meilleurs. On a beaucoup perdu en fin de match, des matchs serrés, parce qu’on n’arrivait pas à exécuter comme il faut. Je pense que si on arrive à améliorer ça, mieux protéger notre avance quand on en a, et que tout le monde continue de faire ce qu’il doit faire – comme on le fait la plupart du temps d’ailleurs –, je crois qu’on sera au top.

Et toi-même ?

Je pense que si je continue de m’améliorer, que je continue de travailler sur mon jeu, que je trouve un petit peu plus les actions-types qui me permettent de performer à chaque fois, ou presque, je pense que je pourrais devenir encore plus dominant à l’avenir. Ma priorité, c’est de passer un maximum de temps sur le terrain, écouter mes coaches, prendre mes tirs et jouer de manière confortable, pour avoir le maximum de confiance quand je suis sur le parquet.

Tu es tout de même le favori actuel pour le titre de MVP. Qu’est-ce que ça représente pour toi, personnellement et comme symbole du basket international ?

C’est énorme pour moi. C’est énorme pour ma famille aussi. Pour tous les joueurs internationaux également oui, parce que cela leur donne encore plus confiance. J’essaie d’être un leader, pour qu’ils puissent avoir un chemin vers le succès. De la même manière dont j’ai suivi Dirk (Nowitzki), Manu Ginobili, tous ces grands joueurs. Mais je ne pense pas trop au trophée de MVP, je préfère me concentrer sur le fait de devenir meilleur chaque jour, chaque match.

« J’adore notre nouveau système »

Ce système concocté par Mike Budenholzer à l’air de t’y aider, individuellement et collectivement…

Oui, c’est vraiment différent ! On joue vraiment, vraiment, vraiment mieux ! Notre attaque a changé, notre défense a changé, tout a changé autour de l’équipe. Et tout le monde prend du plaisir, on se fait vraiment plaisir sur le terrain cette année. J’adore, j’adore ! J’adore ce système. Ça nous permet de trouver des tirs à trois points ouverts, on a beaucoup plus d’espace dans la raquette, quand on va faire un floater par exemple. C’est sympa ! La balle tourne beaucoup, tout le monde est synchro, on se déplace bien en même temps, c’est fluide aux cinq postes et tout le monde a une chance de toucher le ballon… Ça donne plus d’énergie, et du coup on joue tous plus dur en défense aussi. Et en plus, il y a vraiment une super ambiance. Tout le monde prend du plaisir. Ça donne aussi une opportunité à mes coéquipiers d’être au top. Et il y a les nouveaux, Brook (Lopez) est un super joueur, Ersan (Ilyasova) est un super joueur, Pat (Connaughton) est un super joueur… Ce sont mes All-Stars à moi ! Mais le plus gros changement, ça reste sûrement notre coach (Mike Budenholzer).

C’est aussi ce qui te permet d’aller plus aux dunks (il est très largement leader de la NBA cette année) ?

(Gêné) Je ne sais pas, je suis en meilleure santé peut-être ? Ça vient du système aussi, mais surtout, c’est parce que mes coéquipiers rentrent leurs tirs ! J’ai plus d’espace pour aller au dunk parce qu’ils rentrent leurs tirs. (On notera qu’il a totalement esquivé une autre question sur le sujet le lendemain, indiquant qu’il ne veut vraiment pas parler des dunks…).

Puisque tu évoques tes coéquipiers, Khris Middleton a été mis sur le banc délibérément par Mike Budenholzer en début de match… Comment allez-vous tous l’aider à se relancer ?

En tant qu’équipe, on doit vraiment l’aider. Il n’était pas lui-même ce soir, mais on sait que c’est un de nos leaders, on croit en lui et on sait qu’il va être performant au prochain match.

Propos recueillis par Antoine Bancharel, à New York