Shai Gilgeous-Alexander, ‘le Steve Nash noir’; « Je veux être l’un des meilleurs meneurs à avoir jamais joué »

Rédigé le 17/09/2021
ClemFiz

Sous la houlette de Doc Rivers à Los Angeles puis sous la tutelle de Chris Paul et dans une moindre mesure Dennis Schröder à Oklahoma City, Shai Gilgeous-Alexander a décroché le jackpot après une 3e année NBA courte mais prometteuse durant laquelle il s’est vu confier les clés de la franchise. Début août, ‘SGA’ a prolongé pour le max (172 millions sur 5 ans).

Steve Nash, MVP 2005 et 2006 (il avait 7-8 ans), fait aussi partie de ses inspirations. Amateur de mode, le Canadien de 23 ans a fait l’objet d’un portrait dans GQ cette semaine, et il a pour l’occasion déambulé dans New York en compagnie du journaliste Tyler R. Tynes. Là-bas, il a croisé la route du marchand d’art Eric Allouche. Curieux, ce dernier -après lui avoir présenté un tableau de Picasso d’une valeur de 500 000$- lui a demandé à quel poste il évoluait en NBA.

« Moi ? Je suis le Steve Nash noir », a-t-il répondu d’un air malicieux

Et comme l’ancien Sun, Gilgeous-Alexander, 1,98 m, est une force tranquille sur le terrain.

« Je ne suis pas du genre à beaucoup célébrer sur le terrain. Je ne crie pas sur les arbitres tout le match non plus. Je sais ce que je dois faire chaque soir, je le fais et je rentre chez moi. Je suis simplement bien dans ma peau j’imagine. Tout ce que je veux faire, je peux le faire. Si je ne veux pas faire quelque chose, je ne le fais pas. J’ai confiance en moi. Honnêtement, je n’essaie pas de prouver quoi que ce soit aux gens. Je n’essaie pas d’impressionner qui que ce soit. » Shai Gilgeous-Alexander

Le gamin qui partageait la même chambre que son cousin Nickeil Alexander-Walker (New Orleans Pelicans) dans la maison de son coach dans le Tennessee au lycée a parcouru un sacré chemin. Passé par Kentucky, il avait été choisi en 11e position de la draft 2018. Le gros contrat est désormais signé, mais visiblement l’ambition reste intact pour celui qui avait été transféré à OKC en compagnie d’une pléthore de picks et de Danilo Gallinari en échange de Paul George :

« Je veux être l’un des meilleurs meneurs à avoir jamais joué. Je ne joue pas pour juste être un bon joueur. Je veux être un des meilleurs de l’histoire. » Shai Gilgeous-Alexander