Josh Giddey : « J’ai dit à mon agent : ‘Tu dois faire tout ce que tu peux pour les convaincre de me sélectionner' »

Rédigé le 13/09/2021
Christophe Brouet

Avec le 6ème choix de la draft, le Thunder d’Oklahoma City ont jeté leur dévolu sur un des joueurs les plus méconnus des lottery picks, l’arrière australien Josh Giddey. Ce dernier touche à son rêve, lui dont les parents Warrick et Kim ont joué en pro en Australie.

« J’ai grandi en ayant très jeune un ballon entre les mains. J’ai toujours voulu faire une carrière, mais je n’aurais jamais pensé que c’était réaliste. Tout est arrivé si vite, donc quand je regarde 10 ans en arrière, c’est marrant de voir où j’en suis désormais. » Josh Giddey

Qui plus est, de ses dires, OKC c’était vraiment la franchise où il voulait atterrir. Il a été conquis par le projet lorsqu’il a rencontré les dirigeants.

« La façon dont ils ont parlé et m’ont dit comment ils voulaient développer leur programme et la direction qu’ils prenaient, c’était quelque chose dont je voulais faire partie. C’est une jeune équipe et je pense qu’elle peut devenir quelque chose de vraiment spécial et je voulais en faire partie. J’espère que dans les années à venir, nous aurons beaucoup de succès dans l’Oklahoma. C’était une situation de rêve et mes parents sont aux anges. Depuis le début du processus pré-draft, l’Oklahoma est l’endroit où je voulais aller. J’ai dit à mon agent : « Tu dois faire tout ce que tu peux pour parler à ces gars et les convaincre de me sélectionner ».

OKC a aussi été rapidement séduit par l’arrière, qui a décidé de rester au pays et de s’y former, aux Adélaïde 36ers en NBL. Le championnat australien est à la mode et de plus en plus de prospects décident d’y passer avec réussite comme c’est le cas de LaMelo Ball et RJ Hampton, dont Giddey s’est inspiré. Il a été élu rookie de l’année avec 10.8 points, 7.4 rebonds, meilleur rebondeur de sa team, et 7.4 passes décisives, meilleur passeur du championnat. Début février, Sam Presti, qui était confiné dans sa chambre en arrivant dans la bulle G-League, a passé beaucoup de temps à regarder des vidéos du Boomer.

« Au moment où j’ai quitté la chambre, j’avais un très bon feeling à son sujet. Ça a vraiment aidé parce que c’était vraiment solide. C’est une très, très bonne ligue et une qui a produit quelques joueurs NBA récemment. Cela a été vraiment utile dans notre évaluation globale de savoir le niveau de cette ligue et la façon dont Josh a été capable de l’impacter. » Sam Presti

Son mélange de taille, de création et de QI est un atout qui a énormément plus à OKC, et qui est rare.

« D’abord et avant tout, il rend les autres joueurs meilleurs. Avec la façon dont le jeu s’est développé au fil du temps, les joueurs qui peuvent reconnaître des tendances, lire les situations à l’avance et vraiment anticiper les choses sont d’une grande valeur. C’est quelqu’un qui fait cela à un très haut niveau ». Sam Presti

Puis pour son poste il est un excellent rebondeur, ce qui en fait une excellente rampe de lancement.

« Le fait d’être grand me permet de jouer sur plusieurs postes, d’être un peu plus polyvalent. J’ai toujours aimé aller au rebond parce que je peux capter le ballon et partir en transition. C’est là que je suis à mon meilleur niveau, quand je prends le rebond et que je pars en transition. J’essaye d’aller le plus possible au rebond. » Giddey

À voir désormais comment ses qualités pourront s’adapter à la NBA. Sur le papier c’est très séduisant, mais la NBL ce n’est pas la NBA et l’adaptation ne sera sans doute pas simple.

« Une part importante du succès pour n’importe quel joueur, de mon expérience, ce n’est pas seulement le talent, mais aussi le fit avec la franchise et leur capacité à s’intégrer dans la situation dans laquelle ils sont. Nous pensons qu’il nous correspond parfaitement et quelqu’un qui peut avoir vraiment un rôle avec nous sur le long terme. » Sam Presti

Via Thunder