Brad Stevens s’explique sur le trade de Kemba Walker

Rédigé le 21/06/2021
Christophe Brouet

Tout nouveau président des opérations basket des Celtics, Brad Stevens n’aura mis que quelques jours à faire son tout premier trade. Il a envoyé Kemba Walker, le 16ème choix de la draft 2021 et un second tour 2025 au Thunder afin de récupérer Al Horford, Moses Brown et un second tour de draft 2023.

Il a expliqué que ce choix était motivé par une flexibilité à court, et plus ou moins long terme.

« L’une des choses que nous voulions, c’était la possibilité d’aller de l’avant sans être encombrés et d’avoir une sorte de route à suivre obligatoirement. Ce ne sont pas les premières semaines idéales pour un nouveau travail. Notamment en raison du genre de personne qu’est Kemba, du genre de professionnel qu’il est, et du joueur de qualité qu’il est et continue d’être. Il y a eu beaucoup de coups de fil difficiles, mettre dans la balance le pick de cette année par rapport aux choix futurs, a été un facteur important dans la prise de cette décision. » Brad Stevens

En transférant le 16ème choix de la draft un mois avant la draft, cela va permettre à Boston de transférer n’importe lequel de leur choix de draft sans restriction une fois que la nouvelle saison commencera (à partir du 2 août). Et bien sûr, Al Horford va gagner 9 millions de dollars de moins la saison prochaine, ce qui fait aussi une différence importante.

« Nous devions étudier l’idée de transférer ce premier tour de draft cette année. Cela nous donnait l’opportunité d’avoir une route devant nous avec un peu plus d’options, d’un point de vue de la flexibilité, avec tous nos premiers tours de draft au-delà de cette année. Puis pour nous c’était le meilleur deal au vu des joueurs en contrepartie. C’est l’opportunité d’ajouter Al, qui gagne beaucoup moins d’argent, mais qui est un très bon joueur, qui connaît bien cet environnement, qui est très heureux d’être de retour à Boston et qui a l’habitude de jouer avec nos joueurs, mais qui les a aussi améliorés. Je pense que sa capacité à passer, sa capacité à jouer sur plusieurs postes, mais aussi à écarter le jeu face à des bigs, et sa capacité à défendre sont très bonnes. Puis son impact sur les autres et sa capacité à élever les autres est l’une de ses grandes forces. Pour obtenir ça en retour et gagner en flexibilité financière pour l’avenir, le coût c’était une personne que vous aimez vraiment beaucoup (Kemba Walker) et un premier tour de draft. » Brad Stevens

Via Mass Live