Stan Van Gundy agacé : “On peut faire tout ça sans avoir besoin de s’entraîner pendant 2 heures et demie”

Rédigé le 22/01/2021
Guillaume GRACIANO

Du côté des Pelicans, la situation commence à devenir inquiétante. Après une grosse défaite de 16 points face au Jazz mardi, ils ont à nouveau échoué hier, face à la même équipe. Malgré un bon départ, les hommes de Stan Van Gundy n’ont pas tenu, ont craqué et se sont finalement inclinés 129 à 118. Leur bilan actuel de 5 victoires pour 9 défaites (après un bon début de campagne avec 4 victoires pour 2 défaites) n’est aucunement flatteur. Le tacticien, qui a fini par être éjecté, semblait d’ailleurs assez agacé par la prestation défensive livrée par ses joueurs.

Notre problème actuellement n’est pas seulement stratégique. Il l’est et on essaie de s’adapter. Je n’essaie pas de nous dispenser d’aller en aide en défense, mais il faut penser aussi à défendre sur la balle. Il faut leur rentrer dedans, leur mettre la pression, défendre le porteur, ne pas se faire battre en sortie de dribble, faire de vrais closeouts, faire des écrans retard, prendre des rebonds. Allez ! On peut faire ça sans avoir besoin de s’entraîner pendant deux heures et demie. Nous devons nous durcir, nous devons vraiment nous durcir.” Stan Van Gundy

Pour Steven Adams, l’attaque du Jazz est également à créditer pour cette performance et les soucis défensifs de l’équipe de NOLA ne sont peut-être pas la seule raison de cette nouvelle défaite.

Le rythme auquel ils jouaient et la façon dont ils menaient leur attaque m’a fait penser aux anciens Spurs. Ils prennent une décision en à peine une demi-seconde. Ils vous font courir partout. En termes de difficulté, c’est compliqué.” Steven Adams

Ça se voit, sur certaines phases de jeu, les joueurs d’Utah semblaient être capables de faire ce qu’ils voulaient. Regardez la vitesse à laquelle ils se passent la balle à la fin de cette possession offensive.

Si Van Gundy a également tenté une défense de zone, chose qui n’est pourtant pas son habitude, son attaque non plus n’a pas forcément été en réussite hier, notamment au niveau de l’adresse extérieure. Après un excellent premier quart-temps dans lequel les Pels ont mis huit paniers primés, ils n’en ont mis qu’un seul dans les trois autres périodes. Le contraste est dramatique. Zion Williamson donne des éléments de réponse.

Au début, nous faisions beaucoup bouger la balle. Puis nous ne faisions pas que bouger la balle, nous aussi, loin du ballon, on bougeait beaucoup. Je crois que plus le match a avancé et plus nous nous sommes éloignés de ça.” Zion Williamson

Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que dans ce match, les cadres ont brillé (27 points pour Zion Williamson et 23 pour Brandon Ingram). Pourtant, collectivement, jamais les Pelicans n’ont paru soudés. Stan Van Gundy essaie donc d’oublier, et de penser à la suite.

Il faut arrêter de penser à ce match désormais. L’important est de continuer à faire de vrais ajustements dans notre système et de progresser dans ce que l’on fait pour devenir meilleurs dans les 59 matchs qu’il nous reste à jouer.” Stan Van Gundy

Pour l’instant à la Nouvelle-Orléans, les attentes sont loin d’être atteintes. Si ces Pels ne se mettent pas un coup de fouet, cette campagne pourrait vite être une déception. Alors, il n’est pas encore trop tard, c’est sûr, mais le temps commence quand même sérieusement à presser.

Via NOLA.com

Notre toute nouvelle vidéo ! Pensez à vous abonner !