Mike Malone : « La grosse saison de Malik Beasley n’était pas un accident »

Mike Malone : « La grosse saison de Malik Beasley n’était pas un accident »

Rédigé le 13/10/2019
WilhemLF

Après deux premières saisons compliquées (3,8 et 3,2 points de moyenne), Malik Beasley a explosé pour son troisième exercice, affichant 11 points de moyenne à 47% aux tirs et 40% à trois points. De quoi donner envie aux Nuggets de le garder mais aussi aux autres franchises de le recruter. Pour s’éviter une free agency ou le jeune arrière sera restricted free agent l’année prochaine, et au cours de laquelle d’autres équipes pourraient décider de mettre le pactole sur lui, les Nuggets lui ont proposé une extension de 30 millions de dollars sur trois ans il y a quelques semaines, refusé par le joueur. Depuis, Beasley a décidé de changer d’agent et de se faire représenter par Rich Paul, qui s’occupe déjà d’Anthony Davis, LeBron James ou encore Draymond Green.

« Mon but, c’est de progresser chaque jour. C’est tout ce que je peux contrôler. Je vais laisser Paul gérer le reste. À part ça, je suis concentré sur le fait de gagner un titre ici. » Malik Beasley.

Pour remporter le trophée, les Nuggets vont avoir besoin que Beasley passe encore un cap. Son coach, Mike Malone, est persuadé que c’est possible.

« Je ne pense pas qu’on puisse regarder une saison de 82 matchs et dire que ce n’est qu’un épisode passager. Il a joué à un haut-niveau, pour moi et tout le monde dans l’organisation, ce n’est pas un accident. Il a construit ces performances. Il a travaillé dur et quand l’opportunité s’est présentée il l’a saisie au vol. » Mike Malone.

Pour comprendre Malone, il suffit de jeter un œil aux statistiques du joueur de bientôt 23 ans lors des 18 matchs où il était titulaire : 15,9 points à 55% aux tirs dont 50% de loin. Et il a continué dans ce sens pendant la pré-saison en calant notamment 16 points à 6/8 aux tirs contre les Clippers. Il ne lui reste plus maintenant qu’à devenir aussi bon en défense. Mais, encore une fois, Malone ne se fait pas de souci : il est persuadé que son joueur a tous les atouts nécessaires pour être performant. Et en plus, l’arrière a beaucoup bossé là-dessus pendant l’été.

« Les atouts physiques, les mouvements latéraux, ensuite l’étude de vidéos des joueurs sur qui je vais défendre… J’ai fait ce genre de choses. » Malik Beasley.

Mais les belles perf de l’arrière ne seront pas les seules sur lesquelles devront se reposer les Nuggets pour remporter un titre. La franchise des Rocheuses a réussi à décrocher le deuxième bilan de la conférence Ouest grâce a des joueurs qui ont performé alors qu’ils étaient encore dans leur contrat rookie. Sauf qu’il faut ensuite prolonger tous ces gars-là, et ça coute cher. C’est pour cette raison que les Nuggets ont tenté de verrouiller Beasley le plus tôt possible.

« Notre histoire récente le montre, nous avons été très bons pour développer des gars et on essaie de les récompenser. On essaie de garder autant de joueurs talentueux dans le groupe. » Tim Connelly, le General Manager des Nuggets.

La bonne nouvelle, c’est que ce groupe a de l’avenir et Beasley semble très attaché aux victoires.

« Je veux juste gagner, peu importe ce que ça me coûte, peu importe les opportunités que j’ai, si je suis titulaire ou non. Je veux juste être le meilleur joueur possible pour l’équipe. » Malik Beasley.

Les deux camps ont jusqu’au 21 octobre pour trouver un accord.

Via The Athletic.

Voyage NBA à San Francisco : Partez voir les Warriors face à deux prétendants au Chase Center !