David Fizdale : « Si vous faites confiance aux jeunes meneurs, vous vous retrouvez souvent avec de bons joueurs »

David Fizdale : « Si vous faites confiance aux jeunes meneurs, vous vous retrouvez souvent avec de bons joueurs »

Rédigé le 10/10/2019
WilhemLF

Avec la draft de RJ Barrett et le recrutement de joueurs de devoir capables de bien encadrer les jeunes pousses, à défaut des stars annoncées, les Knicks ont fait un été correct. Toutefois pour qu’ils réussissent une belle saison, il faudra que leur jeunes pousses, dont Dennis Smith Jr, récupéré dans le trade de Kristaps Porzingis, soit très performant.

« Il a réussi un très bon camp d’entraînement. Il y a deux jours en particulier où il a vraiment pris les choses en main et dominé les cinq contre cinq. La chose qui me rend vraiment heureux avec lui, c’est qu’il trouve les gars en attaque, fait mieux jouer ses coéquipiers et défend. » David Fizdale, le coach des Knicks.

Bon le problème, c’est que le meneur est actuellement out à cause de douleurs au dos, et n’a pas pu participer au match des Knicks contre Washington lundi. Une blessure pas grave selon la franchise, même si des problèmes du même genre ont déjà gêné le jeune joueur l’année passée. Et ce n’est pas la première fois que Smith ne peut pas enfiler son maillot, puisqu’il a déjà loupé 42 des 164 matchs auxquels il aurait pu participer depuis sa draft, il y a deux saisons de ça. Des absences qui ont freiné son développement et n’ont pas vraiment fait hésiter les Mavericks à s’en séparer pour faire venir Porzingis, pourtant gravement blessé au genou.

Pour sa troisième saison, le meneur de presque 22 ans est arrivé au camp d’entraînement avec presque sept kilos de moins, dans le but d’être moins souvent blessé.

« J’ai dû changer certaines de mes habitudes alimentaires. Je viens de la campagne, on ne mange pas pareil là-bas. Je ne pense pas que j’ai arrêté de manger quelque chose en particulier, ce qui est important c’est ce que j’ai rajouté. Maintenant pour le petit déjeuner je prends des smoothies aux fruits et aux légumes. C’est plus léger. » Dennis Smith Jr.

Le neuvième pick de la draft 2017 estime que sa baisse de poids va lui permettre d’être plus rapide et de moins forcer sur son genou, qui a subi une opération. Il espère ainsi jouer plus de 70 matchs cette saison, pour la première fois de sa carrière.

« Je fais des exercices pour tout parce que je sais à quel point c’est important, que tout est connecté, mon dos, mes chevilles, mon genou, mes épaules…. Donc je dois être le plus souple possible. » Dennis Smith Jr.

Cette saison s’annonce importante pour Dennis Smith Jr., dont on attend énormément de progrès dans le rôle de meneur de jeu. S’il a montré qu’il pouvait scorer, cela ne fait pas oublier ses nombreuses faiblesses sur le poste de meneur de jeu, que ce soit sa création, sa visition de jeu ou encore son adresse extérieure. Mais les Knicks veulent lui laisser du temps.

« À ce poste, on peut vraiment paraître mauvais en début de carrière alors que tout le monde s’attend à ce que vous connaissiez tous les aspects du jeu. Le meneur, c’est le gars qui implique tout le monde, organise la défense… Quand des joueurs ne font pas ça tôt dans leur carrière, certaines équipes perdent patience. Si vous leur faites confiance, souvent vous retrouvez avec des bons joueurs. » David Fizdale.

Entre Steve Nash, tradé de Phoenix après deux petites saisons à Dallas, Chauncey Billups qui a joué pour quatre équipes en cinq saisons avant de trouver sa place à Detroit ou encore Jason Kidd, qui a été trimballé à Dallas et Phoenix avant de s’installer à New Jersey, les exemples ne manquent effectivement pas. Le dernier en date ? Un certain Mike Conley, qui a passé 12 ans à Memphis avant d’être envoyé au Jazz cet été. Avec la franchise du Tennessee, le meneur a passé toutes les étapes jusqu’à devenir un des meilleurs meneurs de la NBA. Et David Fizdale a pu voir ça de près puisqu’il a coaché Conley.

« Les Grizzlies ont fait un de leurs meilleurs choix en lui faisant confiance. J’étais à Atlanta quand il a été drafté et on l’aimait vraiment là-bas. Il a eu du mal avec son tir quand il est arrivé en NBA mais une fois qu’il a retrouvé son adresse il s’est révélé être un très bon joueur. » David Fizdale.

Via The Athletic.

Voyages NBA : vous voulez partir à New York, Los Angeles ou Boston ? Il reste encore des places !