[Interview] Sekou Doumbouya : « Ils m’ont dit qu’ils feraient tout pour m’avoir »

[Interview] Sekou Doumbouya : « Ils m’ont dit qu’ils feraient tout pour m’avoir »

Rédigé le 21/06/2019
Antoine Bancharel

Choisi en quinzième position par les Pistons, le plus jeune drafté cette année – et seul Français – était ravi de sa destination. Surtout que Detroit lui avait déjà promis de le laisser jouer et apprendre.

Si certaines projections te voyaient plus haut, au final, n’est-ce pas une bénédiction d’aller aux Pistons pour toi, ton profil et ton poste ?

Je suis content ! Je sais qu’à mon poste il n’y a pas beaucoup de joueurs dans leur effectif. Je peux évoluer à ce poste, faire des erreurs, apprendre. Apprendre beaucoup. C’est parfait pour moi !  Je suis vraiment content. C’est parfait. Parfait ! Ils vont me faire de la place. Ils savent que je suis jeune (Sekou est d’ailleurs le plus jeune joueur drafté cette année), mais ils me laissent la place pour progresser. On va voir ce que ça va donner !

Tu n’avais pas fait de workout avec eux, mais ils étaient venus en force au Pro Day de Comsport (l’agence qui le représente)…

Je n’avais pas fait de workout avec eux oui, mais j’avais parlé avec le coach, le GM et l’assistant-GM avant mon Pro-Day. Ils avaient beaucoup, beaucoup d’intérêt. Ils m’ont dit qu’ils feraient tout pour m’avoir (grand sourire) ! (Bouna N’Diaye nous a aussi dit qu’ils étaient en fait 5 membres du front office, et qu’ils ont l’impression d’avoir fait un « steal » au 15e choix).

« Faire les playoffs ma première saison, ce serait bien ! »

Contrairement à certains qui coupent le téléphone jusqu’à l’annonce d’Adam Silver – deux dans ton cas même – tu étais connecté et tu as donc su avant que tu serais pris là-bas….

Ouais, je savais déjà, dès le treizième choix en fait. Sur Twitter… Non ! C’est d’abord Bouna qui me l’a annoncé, avant le quatorzième choix. Et après, Twitter. J’avais deux téléphones en plus, donc je les avais dans la poche et des deux côtés ça n’arrêtait pas de « buzzer » !

Comment vois-tu la suite, la prochaine saison avec Detroit etc. ?

Je la vois bien ! L’année prochaine, on va essayer de faire le max. Encore les play-offs, j’espère. Pour une première saison NBA, ce serait bien. Puis on verra. La prochaine étape maintenant, c’est la Summer League, pour leur montrer. Puis après, il faut taffer ! Il faut taffer pour faire sa place dans l’équipe.

Quel sentiment ressens-tu à l’idée de jouer contre et surtout avec des joueurs NBA ?

Je suis fier. Maintenant il faut que j’apprenne de ces joueurs-là. Ils sont déjà placés dans la ligue, ils sont déjà bien. On va apprendre d’eux !

La fierté, c’est vraiment ce sentiment qui domine ?

Fier. Grande fierté. Une grande fierté nationale des deux côtés. Que ce soit en France ou en Guinée. Je suis juste fier… Mon père n’était pas là aujourd’hui, c’est un peu juste le truc qui peut… Mais bon, c’est pas grave hein (sa voix se noue quand même légèrement).

Ce n’est qu’un début ?

C’est le début ! C’est clairement le début d’une nouvelle aventure. C’est comme ma première année à Poitiers, c’était le début d’une nouvelle aventure. Puis ensuite ça c’est fini, et c’était Limoges derrière. Et maintenant, Limoges c’est fini, la nouvelle aventure, c’est la NBA !

Propos recueillis par Antoine Bancharel, à New York