Kemba Walker : « Ce n’était pas une offre que je pouvais accepter »

Kemba Walker : « Ce n’était pas une offre que je pouvais accepter »

Rédigé le 06/10/2019
WilhemLF

Après huit saisons au Hornets, Kemba Walker a décidé de changer d’air et de signer aux Celtics cet été. Et ça, même lui a un peu de mal à s’y faire.

« Est-ce que je suis choqué d’être à Boston  ? Je ne peux pas vraiment mettre de mots sur cette sensation. Chaque jour quand je me lève… Je pense que choqué est bien en fait. Je suis encore un peu en admiration devant l’histoire des Celtics. Et puis quand je prends ma voiture, je dois utiliser le GPS… Charlotte était tout ce que je connaissais. » Kemba Walker.

De quoi rendre tristes les fans de Caroline du Nord, sauf que les dirigeants de la franchise sont loin d’avoir tout tenté pour le retenir en ne lui proposant que 160 millions sur cinq ans, alors qu’ils pouvaient pousser jusqu’à 221 patates.

« Ils ont fait une offre, mais ce n’était pas une offre que je pouvais accepter. Je suppose qu’ils ne pouvaient pas se permettre de mettre plus. Je sais qu’ils ne voulaient pas payer la luxury tax. Je comprends ça, au final la NBA est un business et je respecte la décision qu’ils ont prise. Je ne leur en veux pas du tout et j’aime toujours les Hornets. C’était dur pour moi de partir et je sais que c’était aussi dur pour Michael Jordan, le propriétaire, et Mitch Kupchak, le General Manager, de me laisser partir. Mais au final, il faut prendre des décisions dans la vie. Ça arrive. » Kemba Walker.

Le bon côté des choses, c’est qu’il aura à ses côtés à Boston un effectif bien meilleur que celui de Charlotte.

« À Charlotte, ça a été compliqué parfois d’essayer d’aller en playoffs et on les a loupés presque chaque année. Mais ici, ces gars ne pensent qu’à gagner, qu’à aller en playoffs chaque année. On peut sentir cette culture, cette énergie chaque jour. Quand vous entrez dans le centre d’entraînement des Celtics, toutes les bannières sont accrochées au plafond. Pareil pour la salle. C’est une organisation légendaire. Ils ne connaissent que la victoire et les attentes sont très grandes. Ça peut être difficile à gérer également, d’arriver dans ce genre de situation, mais c’est ce que je veux. Je veux avoir ces attentes et être compétitif au plus haut niveau. Je pense que j’ai une vraie chance de faire ça ici aux Celtics. » Kemba Walker.

Il trouvera également un coach de premier plan en la personne de Brad Stevens.

« Il est tellement bon sur le plan des systèmes. J’aime déjà la manière dont on joue et le talent qu’il y a autour de moi est encore plus impressionnant. C’est spécial. J’ai dit à Brad que j’avais besoin de temps pour m’habituer à ne pas en faire trop. Les gars sont géniaux, très terre-à-terre et ils me laissent être moi-même. Parfois, quand je suis dans une nouvelle situation, je ne suis pas très bavard. J’ai tendance à retarder les choses un peu, mais ces gars me disent d’être moi-même, surtout Gordon Hayward. Il me dit de tirer et c’est vraiment bien. J’ai besoin de ça. » Kemba Walker.

Via The Charlotte Observer.

[Voyage NBA] Mega Pack Trip Double à New York : 7 jours et 3 matchs dont Warriors et Clippers !