Terry Rozier : « Kemba Walker ? Je ne veux pas en entendre parler »

Terry Rozier : « Kemba Walker ? Je ne veux pas en entendre parler »

Rédigé le 27/09/2019
Christophe Brouet

Les Charlotte Hornets ont décidé de laisser partir Kemba Walker en juin dernier, ne lui proposant pas le contrat supermax auquel il était éligible et qui aurait pu peut-être le convaincre de ne pas aller voir ailleurs. Pour le remplacer ils ont misé sur un joueur au CV bien moins reluisant et qui a encore tout à prouver : Terry Rozier. Mais il prévient :

« Je ne suis pas Kemba. Je ne débarque pas ici en me comportant comme si j’étais Kemba. Je suis Terry. Je respecte énormément Kemba. Quand je joue contre lui, je donne le meilleur de moi et je sais qu’il donnera aussi le meilleur. Mais Kemba ? Je ne veux pas entendre parler. Ne me parlez pas de Kemba. »

Un Terry Rozier frustré par ce qui s’est passé avec les Celtics lors de l’exercice 2018-19. Après une bonne fin de saison 2017-18 et des playoffs convaincants, il s’est retrouvé en backup de Kyrie Irving avec peu de temps de jeu et des performances très décevantes.

« Je suis énervé à propos de beaucoup de choses. Je veux de nouveau faire mes preuves. Nous pouvons parler de la saison passée lorsque les choses étaient difficiles. C’était genre ‘Terry a touché de nouveau le fond.’ C’est une super opportunité pour moi de rebondir. » Rozier

À Charlotte il va avoir les rênes de l’équipe et beaucoup de temps de jeu. James Borrego a déjà annoncé plus de 30 minutes par match. C’est ce rôle important que lui ont vendu les Hornets pour le recruter.

« Il (Borrego) n’a pas eu à m’en montrer beaucoup. Lui et Michael Jordan ont fait 80 à 90% du boulot. Il croit en moi. Il voulait me donner l’opportunité de montrer mon talent au plus haut niveau. Comment peut-on refuser ça ? » Rozier

Il sera le leader de l’équipe des deux côtés sur le terrain. Bien sûr en attaque dans son rôle de meneur, mais aussi en défense où il sera le premier homme de la défense.

« Il dirigera notre défense. Quand vous avez un meneur de jeu qui peut harceler le meneur adverse chaque soir, cela donne le ton pour l’équipe défensivement. » Borrego

À voir s’il arrivera à assumer ce rôle et ces responsabilités, mais il part confiant….

« J’ai beaucoup de têtes à faire tourner. » Rozier

Via Charlotte Observer