Saison difficile pour Lauri Markkanen : “Je crois toujours que je suis un starter et rien n’a changé de ce point de vue”

Rédigé le 04/05/2021
Maximilien Regnier.

“Des hauts et des bas”, voici ce que répond l’ailier fort finlandais Lauri Markkanen à NBC Sports Chicago quand il lui est demandé de décrire sa saison, à l’aube de la dernière ligne droite vers le play-in pour les Chicago Bulls. Markkanen espérait surement une saison plus tranquille pour sa quatrième campagne à Windy City, lui qui sera free agent restreint au moment de la Free Agency 2021, faut d’un accord pour une prolongation avant le début de la saison.

“Au début de la saison, j’ai eu le problème de la COVID et je n’ai pas pu jouer, puis j’ai eu l’impression de bien jouer pendant un mois et demi avant d’être blessé, j’ai trouvé mon rythme, puis je me suis blessé…” indique Markkanen. “Et puis nous avons une équipe un peu différente maintenant (après la trade deadline), je joue au poste 3, donc il y a eu beaucoup de nouvelles choses.”

Cependant, la finlandais relativise sur ces montagnes russes :

“Mais comme chaque année, vous avez vos bons moments et vos mauvais moments. Je pense que j’ai essayé d’apprendre autant que possible, et d’apprendre de nouvelles choses à la volée.”

À sept matchs de la fin de la saison régulière, les Bulls insistent sur le fait que leur objectif est de décrocher la dernière place pour la phase de play-in de la Conférence Est. Depuis leur défaite cette nuit face à Philadelphie, ils ont quatre matchs de retard sur la dixième place, occupée par des Wizards très en forme, notamment grâce à Bradley Beal et Russell Westbrook.

Mais pour les fans et les observateurs impatients de voir comment Artūras Karnišovas et son équipe vont continuer à remodeler ce roster assez peu performant, il est difficile de ne pas jeter un oeil vers le futur. Markkanen est confronté à une intersaison incertaine au niveau contractuel. Il sera agent libre restreint cet été, ce qui signifie que les Bulls auront la possibilité d’égaler toute offre que son joueur signera, s’ils le souhaitent. Pas sur que cette situation n’advienne, Markkanen étant rapidement passé du statut de pierre angulaire de l’effectif de Chicago à celui de simple élément de la rotation de Billy Donovan. Sur ces questions contractuelles, là aussi Lauri Markkanen essaye de tempérer les ardeurs :

“Je n’ai pas du tout pensé à ça. Je laisse ce genre de choses se produire d’elles-mêmes après la saison. Je ne peux pas me concentrer là-dessus. Qu’est-ce qu’on a ? Il reste sept matchs ? J’essaye de tout faire pour que l’on puisse atteindre cette place en play-in, et c’est ce sur quoi je me concentre en ce moment. Comme je l’ai dit, je vais donner tout ce que j’ai, et je ne pense pas à l’avenir pour le moment. Je ne peux pas le contrôler, donc je ne sais pas.”

Ce qui a surtout changé dans la situation de Lauri Markkanen, c’est son rôle. Il a botté en touche lorsqu’il lui a été demandé s’il était possible de le voir postuler pour une place de titulaire dans un roster lors de la prochaine Free Agency, mais il a maintenu la conviction qu’il avait exprimée lorsqu’il a été rétrogradé de son rôle de starter pour la première fois.

“Je suis toujours de cet avis (que je suis un titulaire dans cette ligue). Je l’ai dit quand mon rôle a changé, que je suis allé dans la second unit. Je l’ai dit à l’époque et je m’y tiens toujours. Je comprends la situation actuelle et, comme je l’ai dit, je ne pense pas à l’avenir, même si l’on doit se séparer. Mais je ne pense pas à cela. Je prends les matchs les uns après les autres, et je crois toujours que je suis un starter et rien n’a changé de ce point de vue.”

Un tel rôle de titulaire n’est plus promis à Chicago. Billy Donovan a tenté d’aligner le tandem Markkanen-Vučević sur le frontcourt le temps d’un match, qui s’est soldé par une défaite 120-104 face aux Spurs de San Antonio le 26 mars, avec une performance que l’on pourrait qualifier de désastreuse défensivement. Depuis, Vučević, titulaire indiscutable dans le cinq majeur au vu de son statut dans l’effectif et de ses performances, a principalement joué aux côtés de Thaddeus Young et de Daniel Theis (qui a débuté les 10 derniers matchs, montrant de très belles choses), tandis que Markkanen a joué en moyenne 22,5 minutes sur la période, dont beaucoup en tant qu’ailier de la second unit.

Une situation différente sur le parquet, il qui n’a pas l’air de déranger le joueur de 23 ans :

“J’ai l’impression que sur le plan offensif, c’est à peu près la même chose. Je peux faire le même genre de choses. Sur le plan défensif, il s’agit juste de défendre sur des joueurs plus petits la plupart du temps… Je me sens bien à ce poste. Ce n’est évidemment pas ma position naturelle, mais ça ne me dérange pas.”

Avec sept matchs restants et une situation comptable de plus en plus compliquée pour les Bulls en vue du play-in, l’idée que cette série de matchs pourrait être la dernière de Markkanen sous les couleurs de Chicago semble inéluctable. Lorsqu’on lui a demandé s’il allait tenter de profiter au maximum de la dernière partie de cette saison, Markkanen a fait référence à la nature imprévisible de l’année civile écoulée, pour prouver qu’il ne faut rien prendre pour acquis.

« J’ai l’impression que cette année, on ne sait jamais ce qui va se passer. Peu importe ce qui se passe, je vais profiter de ces derniers matchs de l’année et simplement aller sur le terrain, et le faire avec et pour mes coéquipiers avec lesquels je serai sur le parquet. C’est ce que j’essaie de faire. On ne sait jamais ce qui va se passer, mais on essaie simplement de profiter de chaque moment.”