Brad Stevens cible les besoins des Celtics

Rédigé le 22/06/2022
Christophe Brouet

Les Boston Celtics, auteurs d’une énorme seconde partie de saison, ne sont pas passés loin du titre, échouant en finales en 6 matchs face aux Warriors. Il est déjà l’heure de se tourner vers la saison prochaine et Brad Stevens va avoir du boulot pour tenter d’assembler l’effectif qui permettra cette fois aux verts d’accrocher un nouveau titre.

Lors d’une conférence de presse, il a évoqué les besoins de l’équipe.

« Nous avons besoin d’un peu plus de playmaking », a déclaré Stevens. « Je pense que c’est vrai. Je pense que nous avons besoin de playmaking, mais je ne pense pas que nous puissions être stagnants. Nous devons nous assurer que nous continuons à jouer avec du rythme. Quand nous sommes à notre meilleur, c’est quand nous jouons avec du rythme, et quand nous créons un avantage, la balle fuse sur le terrain. »

En transférant Dennis Schröder, les Celtics ont en effet perdu en playmaking et la rotation au poste 1 était très limitée avec Marcus Smart, auteur d’une magnifique saison au poste 1, et en backup Payton Pritchard. Même si Jayson Tatum et Jaylen Brown ont progressé à la création.

Autre piste d’amélioration, et ce n’est pas surprenant au vu des soucis dans le domaine durant les finales, il voudrait du scoring en sortie de banc.

« J’aimerais avoir un peu plus de scoring, un scoring régulier en sortie de banc », a déclaré Stevens. « Je pense que nous avons des besoins à court terme dans ce domaine. Mais je crois en certains des gars qui n’ont pas eu la chance de jouer beaucoup, qu’ils vont continuer à s’améliorer et bientôt frapper à la porte. Nous avons donc quelques opportunités de développement au sein de notre propre organisation, et nous allons continuer à scruter et à regarder quelles sont nos opportunités avec nos trade excepitions et la draft, et nos ressources limitées en free agency. »

Avec le 53ème choix, peu probable que les Celtics puissent se renforcer via la draft, mais ils ont d’autres atouts pour ça, comme la free agency et des trade exceptions très utiles. Surtout que selon Brad Stevens, il aurait le feu vert des propriétaires pour payer la luxury tax, ce qu’ils avaient évité cette année.

Via Mass Live