Austin Ainge : « J’ai vu Vincent Poirier la première fois quand il avait 20 ans »

Austin Ainge : « J’ai vu Vincent Poirier la première fois quand il avait 20 ans »

Rédigé le 14/10/2019
WilhemLF

Recruté cet été par les Boston Celtics, le pivot français Vincent Poirier était, à en croire Austin Ainge, fils de Danny Ainge et membre du staff des Celtics, depuis longtemps sur les tablettes de la franchise.

« Je dirai que j’ai vu Vincent la première fois quand il avait 20 ans, et Daniel Theis à 19 ans. Ce qui est bien avec eux, c’est qu’ils ont pu beaucoup jouer en évoluant en Europe. On parle de gars qui jouent en Euroleague et dans leur championnat national. Ce qui veut dire qu’ils sont en tenue pour 70 matchs par ans, et ils sont en plus avec leur équipe nationale pendant l’été. » Austin Ainge.

En sachant que Poirier affiche 25 ans (il en aura 26 le 17 octobre), cela fait maintenant un petit moment que les Verts gardent un œil sur lui. Et ils ont apprécié qu’il décide de quitter la France pour rejoindre l’Espagne en 2017 et le club de Saski Baskonia avec qui il a joué l’Euroleague.

« Il a fait un grand saut en signant en Espagne. Il a joué avec des bons meneurs passeurs et a vraiment progressé. Ses coachs étaient très complémentaires avec son QI basket. Il est devenu beaucoup plus puissant et son niveau technique a bien progressé. Maintenant, c’est un gars qui donne l’impression de toujours savoir où il doit se placer en défense, comment lire le pick-and-roll. Il s’est vraiment amélioré. » Austin Ainge.

Les deux ont la particularité d’être arrivés en NBA sur le tard sans être passés par la case draft

« Ils étaient sur notre radar depuis un moment, mais nous n’étions pas certains qu’ils étaient assez bons quand ils étaient jeunes. » Austin Ainge.

Le fils de Danny Ainge estime que les franchises auraient intérêt à plus se tourner vers l’Euroleague pour le recrutement, puisqu’une dizaine de joueurs chaque année sont celui lui assez forts pour s’illustrer aux Etats-Unis.

« Ils ne sont que deux ou trois à signer chaque année chez nous. Il n’y en a pas des tonnes d’autres dans cette situation, mais de plus en plus se développent chaque année. On fait de notre mieux pour les observer. Chaque année, il y a probablement deux, trois ou quatre joueurs à chaque poste qui sont prêts pour traverser l’Atlantique. » Austin Ainge.

Vincent Poirier a un vrai rôle à jouer dans la rotation des Celtics, pas très fournie au poste de pivot.

Via Boston Herald.

Voyage NBA à San Francisco : Partez voir les Warriors face à deux prétendants au Chase Center !