Zach LaVine : « Il y a encore des gars en NBA qui sont capables de rentrer ces tirs, et je pense en faire partie »

Zach LaVine : « Il y a encore des gars en NBA qui sont capables de rentrer ces tirs, et je pense en faire partie »

Rédigé le 16/10/2019
WilhemLF

La ligue accorde de plus en plus d’importance aux statistiques avancées, et toutes ces statistiques pointent dans une direction : les tirs à mi-distance sont les moins rentables en NBA. Les coaching staffs incitent donc leurs joueurs à privilégier les double-pas et les trois points. Notamment aux Bulls, au grand dam de Zach LaVine, adepte de ce qu’il appelle un art perdu.

« Je sais, c’est fou n’est-ce pas ? J’ai grandi en étant fan de Michael Jordan et Kobe Bryant. Je sais que les meilleurs scoreurs de l’histoire de la NBA jouaient beaucoup à mi-distance. C’est triste de voir qu’on nous demande de moins l’utiliser. Carmelo Anthony est un des meilleurs scoreurs de l’histoire mais il n’est plus en NBA parce que les statistiques analytics ne veulent pas de tir à mi-distance. Je pense que ça enlève un peu de la partie technique du jeu et certaines armes des attaquants. Mais vous savez quoi ? Il y a encore des gars en NBA qui sont capables de rentrer ces tirs, et je pense en faire partie. » Zach LaVine.

L’arrière de Chicago est persuadé que cette arme est encore utilisable, particulièrement en playoffs.

« Je vais dire à nos gars du département analytics que le meilleur shooteur à mi-distance a joué à Golden State : il s’appelle Kevin Durant. Les playoffs vont montrer que j’ai raison. Des gars comme DeMar DeRozan ou CJ McCollum le montrent aussi. McCollum a tué Denver en playoffs l’année dernière parce qu’il était bon à mi-distance. En postseason, les défenses éliminent les trois points, ces tirs deviennent donc plus difficiles. Si vous voulez avoir un tir que vous savez pouvoir mettre et que vous avez travaillé, ceux à mi-distance sont une bonne option. C’est un art perdu parce que tout le monde suit les stats analytics. Je le comprends, parce que ça a du sens comme discours mais des fois il faut juste mettre la balle dans les mains de votre meilleur créateur et le laisser prendre le shoot dont il a besoin plutôt que celui que vous voulez. » Zach LaVine.

Dernier exemple ? Kawhi Leonard, qui a fait très mal aux Warriors avec son jeu à mi-distance. De quoi faire espérer à LaVine que son staff va revenir à la raison.

« On va faire avec pour le moment. Mais quand les vrais matchs commenceront, si on a vraiment besoin d’un panier, je sais ce que je vais faire. Je vais prendre un tir mi-distance ou poser une isolation si j’en ai besoin, surtout si je suis chaud. » Zach LaVine.

Parler de playoffs, c’est bien, mais y aller, c’est mieux. Et pour le moment, LaVine ne s’est pas qualifié une seule fois de sa carrière pour la postseason.

Via Chicago Sun Times.

Voyage NBA à San Francisco : Partez voir les Warriors face à deux prétendants au Chase Center !